Association des Centres Educatifs
& de Sauvegarde des Mineurs et Jeunes Majeurs

Mot du Président

Bienvenue sur le site de l’ACESM, notre association qui approche de son centenaire puisque son origine remonte à 1930.

Mais je vous renvoie à notre partie historique pour plus de précisions.

Cette ancienneté et notre constante adaptation au service de l’enfance en difficulté nous donne une place particulière et reconnue en Loir et Cher dans ce domaine.

Nos services sont habilités par l’Etat et ou le Conseil Départemental ce qui nous confère une sorte de label de compétence et la reconnaissance de la qualité du travail de nos équipes.

L’évolution des politiques publiques depuis le début de ce siècle incite nos organisations à se réinterroger et à évoluer.

 

Notre mission est de prendre en compte, plus que jamais, la singularité des enfants et des jeunes qui nous sont confiés et de s’appuyer sur leurs besoins fondamentaux et leur propre capacité à agir, donc, de subordonner notre action à leurs besoins.

 

L’offre institutionnelle doit s’adapter aux besoins des personnes et non l’inverse.

Seuls nous ne pourrons proposer une réponse adaptée et complète. Il nous faut donc accentuer nos partenariats et le travail en réseau, renforcer la coopération et la transversalité entre nos services dans une logique de parcours possible dans l’intérêt des jeunes.

 

Notre histoire, nos réussites, nos connaissances consolidées en protection de l’enfance comme dans l’accompagnement des jeunes majeurs, celles de nos services de préventions spécialisées, toutes ces compétences acquises doivent nous permettre d’entreprendre et d’innover davantage, et non simplement de nous adapter à le seule demande publique.

Nous voulons continuer notre aventure collective qui comportera des réussites, des expérimentations, des difficultés, voire des échecs, mais avec, en constante, la volonté d’agir au plus près des besoins et dans l’esprit des orientations de la protection de l’enfance dans tous ses domaines.

 

Jean-Pierre Amiot
Président

Mot de la Directrice Générale

Les établissements et services du secteur social et médico-social ont toujours cherché à s’adapter à l’évolution des besoins des publics accueillis. Ils sont aujourd’hui confrontés à des changements complexes et rapides. Les dispositifs de protection de l’enfant n’y échappent pas et doivent faire face à de nouveaux enjeux :

 
1• L’évolution vers des réponses modulables et mieux articulées permettant de dépasser la fragmentation et le cloisonnement, générateurs de ruptures dans les parcours ;

 
2• L’accentuation de la prévention auprès des enfants et adolescents pris en charge dans le cadre des différents dispositifs de l’Aide Sociale à l’Enfance ;

 
3• La lutte contre toutes les formes de violences institutionnelles et intrafamiliales ;

 
4• Une meilleure prise en compte des besoins fondamentaux de l’enfant ;

 
5• La lutte contre toutes les formes d’exclusion sociales, économiques, culturelles ;

 
6• L’évolution des métiers et des pratiques professionnelles.

 

Sans hiérarchiser 6 priorités me tiennent à cœur :

  • Favoriser le développement de réponses adaptées à la prise en charge et l’accompagnement de jeunes concernées par des troubles majeurs et envahissants du comportement, (dits « cas complexes) »
  • Favoriser et encourager toutes démarches actions conduisant à faire évoluer nos services, depuis l’évolution des besoins des publics concernés
  • Faire évoluer nos dispositifs actuels aussi bien sur le plan architectural que prospectif
  • Promouvoir la prévention spécialisée sur des territoires non couverts en Loir-et-Cher
  • Promouvoir la qualité de vie au travail
  • Promouvoir la formation professionnelle. 

Penser nos actions, c’est à la fois se projeter dans un avenir, de fait, incertain, mais c’est aussi penser à ce qui est immuable. En d’autres termes,

 

Penser aux fondamentaux comme base solide autour du projet associatif pour envisager « demain » avec plus de sérénité.

 

Pour terminer, je citerai Simone WEIL :

« …… quelque chose de souverain, c’est la pensée. Cela a toujours été, cela sera toujours. C’est pourquoi l’évolution doit toujours apparaitre, soit comme retour à un passé qu’on avait laissé dégrader, soit comme adaptation d’une institution à des conditions nouvelles, adaptation ayant pour objet non pas un changement, mais au contraire le maintien d’un rapport invariant, comme si l’on a le rapport 12/4 et que 4 devienne 5, le vrai conservateur n’est pas celui qui veut 12/5 mais celui qui de 12 fait 15. »

 

Cela nous appartient à tous !

 

Geneviève CETAIRE
Directrice Générale